L’ouvrage de George Orwell, « 1984 », figure parmi les meilleures ventes de livres à travers le monde. Ce classique de la littérature d’anticipation décrit comment le pouvoir politique contrôle les citoyens en manipulant la vérité. Les lecteurs s’inquièteraient-ils de l’avenir de l’humanité ?


C’est un classique. Quand un gouvernement marche sur la tête –ou que ses citoyens estiment que c’est le cas, tout du moins– les ventes de 1984, le classique dystopique de George Orwell, s’envolent.

Et après cinq jours d’administration Trump, et des sorties incroyables de son porte-parole et de sa conseillère Kellyane Conway sur les «faits alternatifs» à propos de la fréquentation lors de l’investiture de Donald Trump, 1984 vient d’atteindre la première place du classement des ventes d’Amazon aux États-Unis, a remarqué Open Culture.

«Des comparaisons ont été faites avec le terme “novlangue” utilisé dans le roman publié en 1949, et qui a été utilisé pour définir un langage fictionnel qui vise à éliminer les opinions personnelles, ainsi que “la doublepensée”, poursuit le Guardian. Dans le livre, Orwell écrit que “la doublepensée est le pouvoir de garder à l’esprit simultanément deux croyances contradictoires, et de les accepter toutes deux”.»

Quelques heures après la remarque de Kellyane Conway sur les «faits alternatifs», Karen Tumulty, une journaliste du Washington Post faisait les liens entre les deux, et notait que «les faits alternatifs» étaient une citation de George Orwell.

«Ça nous ramène à 1984, et à la doublepensée, où la guerre est en fait la paix, et où la famine est en réalité l’oppulence. C’est ce qui se passe ici», a indiqué, de son côté, l’historien politique Allan Lichtman.

Le tout avant que l’expression ne finisse parmi les sujets les plus discutés sur Twitter au cours de la journée de dimanche.

Interrogé par CNN, un porte-parole de la maison d’édition Penguin indique avoir commandé 75.000 nouveaux exemplaires cette semaine.

«C’est une réédition importante, beaucoup plus que nos rééditions typiques pour 1984

Big brother is watching you !

Dans « 1984 », les héros tentent de s’échapper d’un univers où le pouvoir règne en espionnant continuellement les citoyens -« Big brother is watching you ! »- recourant à la violence arbitraire et au mensonge permanent qui détruit la logique et la vérité (la « double pensée », consistant à accepter en même temps deux propositions contradictoires : la guerre, c’est la paix), en réduisant l’expression d’une langue (« Novlangue), et en réécrivant sans cesse le passé pour l’adapter au besoin du jour. Le tout conduit à détruire la notion même de vérité, annihilant ainsi la liberté de penser de l’individu.

Si le langage ne peut plus exercer sa fonction d’expression non seulement de la vérité mais aussi des émotions (notamment l’amour dans le roman), ce sont les relations humaines qui sont détruites.

 


Sources: slate / francetvinfo / lemonde / latribune

Publicités

Laisser un commentaire