Article initialement publié sur science et vie.

Lorsque nous sommes fiers, triste ou heureux, nous éprouvons des sensations corporelles qui ne sont pas situées dans les mêmes zones de notre corps.


Lorsque nous sommes fiers, triste ou heureux, nous éprouvons des sensations corporelles qui ne sont pas situées dans les mêmes zones de notre corps. Si nous avons tous pris conscience plus ou moins confusément de cette réalité un jour ou l’autre (la douleur dans la poitrine produite par l’anxiété, la sensation de chaleur qui envahit notre visage et plus particulièrement nos joues lorsque nous ressentons de la honte…), nous n’avions cependant peut-être pas réalisé à quel point la localisation de ces zones corporelles activées par nos émotions variait considérablement selon la nature de l’émotion éprouvée.

Or, des scientifiques finlandais viennent de dresser une carte des zones corporelles activées en fonction de chaque émotion (bonheur, tristesse, colère…). Ce travail, publié le 31 décembre 2013 dans la revue  Proceedings of The National Academy of Sciences, montre à quel point chaque type d’émotion active un réseau de zones corporelles spécifique, bien distinct des zones activées par les autres types d’émotions.

Pour produire cette carte, ces chercheurs ont mené une étude menée sur 700 volontaires de nationalité finlandaise, suédoise et taïwanaise. Des participants à qui il a d’abord été demandé de visionner des séquences vidéo associées à différentes émotions, puis de recenser les parties de leur corps dans lesquelles ils avaient la sensation d’un accroissement ou d’une diminution de leurs sensations corporelles.

Résultat ? Ce travail de cartographie révèle par exemple que la colère active principalement la poitrine, la partie inférieure du visage et les bras, avec une intensité toute particulière concernant les mains. Concernant le dégoût, les zones corporelles qu’il active se concentrent principalement autour de la bouche et de la gorge. Enfin, le bonheur est probablement l’émotion qui sollicite le plus notre corps, puisque l’étude montre qu’il génère des sensations corporelles dans toutes les zones du corps, et tout particulièrement sur le visage et dans la poitrine.

Si cette carte corporelle recense les zones du corps au sein desquelles est ressenti un accroissement de l’activité sensorielle, elle liste aussi les endroits qui sont le siège d’une sensation de baisse de l’activité sensorielle. Ainsi, on apprend par exemple que les émotions associées à la dépression ont pour effet de générer une sensation de baisse de l’activité sensorielle dans les bras et les jambes.

Des-chercheurs-dressent-la-premiere-carte-corporelle-des-emotions_width1024

Publicités

Laisser un commentaire