Idriss Aberkane est un jeune philosophe des sciences et agitateur de conscience. Faisant le pari de la vulgarisation – car chacun est en mesure de « libérer son cerveau » –, son nouvel ouvrage propose de changer l’école et la société par « la neurosagesse ». Dans cette vidéo, le scientifique explique comment nous pourrions redistribuer la mémoire spatiale, épisodique et procédurale de notre cerveau, afin de mieux l’utiliser et de briller dans un domaine. Ce nouveau paradigme nous amènerait notamment à révolutionner l’école par un apprentissage ludique en mesure de capter l’attention des élèves.

« On sait, en neuroscience, qu’il y a une corrélation directe entre « jouer » et « intelligence ». […] Aujourd’hui, entre des jeux vidéo, des vidéos YouTube, du Facebook… et l’école, l’école n’est plus compétitive ! Mais elle pourrait l’être. Car l’école est avant tout un buffet à volonté de connaissances. Mais on a posé des règles du jeu qui transforment le paradis en enfer. »

Les cartes sont entre nos mains pour changer de société !

Avoir le sens de l’humour est signe de bonne santé mentale

Pour rire et faire rire, il faut être capable de mobiliser certaines capacités cognitives pour arriver à percevoir ce qui est drôle dans une situation qui ne l’est pas forcément au premier abord. L’humour apporte du bien-être, réduit le stress et témoigne d’une nature plutôt optimiste.

L’humour tient une place importante dans nos vies. On le cherche à tout âge et dans toutes les cultures, que ce soit en écoutant une chronique humoristique le matin, en échangeant un tweet bien pensé ou en blaguant avec un collègue de travail. Historiquement, l’humour était plutôt considéré de manière négative par les psychologues, qui pouvaient y voir du mépris, une marque de supériorité de l’individu ou un mécanisme de défense visant à masquer ses sentiments réels.

Dans un article paru dans The Conversation, Janet Gibson, professeur de psychologie cognitive au Grinnel College (Iowa), montre en quoi l’humour est aujourd’hui vu comme un atout pour la santé mentale. Être capable de faire rire autrui permet de distribuer un peu de bien-être autour de soi ; une pointe d’humour dans la vie quotidienne favorise le rapprochement entre individus et réduit le stress.

L’art de la blague

Mais apprécier l’humour nécessite de faire quelques opérations mentales. Les psychologues décrivent la compréhension d’une blague en trois étapes :

  • d’abord, il faut se représenter la situation de la blague,
  • puis y saisir une incongruité,
  • et enfin, arriver à évacuer l’explication initiale qui n’est pas drôle pour percevoir l’humour de la chute.

L’humour, synonyme de joie de vivre et de bonnes capacités cognitives

Parfois, nous n’apprécions pas l’humour, pour plusieurs raisons. D’abord, la blague peut avoir une connotation raciste ou sexiste. Ensuite, comprendre l’humour nécessite d’être capable d’inhiber sa représentation initiale non drôle. Par exemple, dans des dessins animés violents comme Bip Bip et Coyote, où ce dernier subit des atrocités, il faut arriver à oublier la cruauté vis-à-vis de l’animal pour apprécier l’humour.

Chez les personnes âgées, en raison du déclin cognitif dû à l’âge, l’humour ne sera peut-être pas aussi bien perçu que chez des personnes plus jeunes. Dans une revue de littérature de 2013, Gil Greengross, de l’université du Nouveau-Mexique, montre que les personnes âgées apprécient souvent plus l’humour que les plus jeunes. Mais un déclin dans leurs capacités cognitives réduit leur capacité à produire de l’humour, une tâche difficile qui nécessite le bon fonctionnement du lobe frontal. L’auteur cite aussi une étude dans laquelle plus des personnes âgées avaient de mauvais scores à des tests cognitifs, moins elles avaient d’humour.

L’humour a des vertus thérapeutiques et peut aider l’individu à aller mieux. À ce titre, Janet Gibson décrit les travaux récents de son équipe dans lesquels elle a analysé les scores d’étudiants sur différentes échelles pour mesurer leur humour. Les résultats préliminaires montrent que les personnes ayant un sens élevé de l’humour ont tendance à se concentrer sur les aspects positifs de leur vie.

Lire aussi :


Sources : futura-sciences.com / kaizen-magazine.com

Publicités

Laisser un commentaire